Investissement immobilier 2017 : appartements locatifs ou parts SCPI, lesquels choisir ?

Se lancer dans l’investissement locatif fait partie des projets qu’il serait intéressant de réaliser en 2017. En effet, le secteur promet pour la nouvelle année, un rendement encore intéressant, et ce malgré les circonstances actuelles. Les investisseurs ont un large choix de placement, dont les parts SCPI et les appartements locatifs. Ce ne sont que des exemples bien sûr. D’autres opportunités sont à la disposition des porteurs de projet. Mais en fait, comment choisir entre ces deux options sur un marché où seul le rendement est l’une des motivations les plus importantes ? Ainsi, pour un investissement immobilier en 2017, que choisir : appartements locatifs ou parts SCPI ?

L’investissement en appartements locatifs

Un investissement immobilier locatif passe généralement en premier lieu par l’acquisition d’un bien. Cette étape nécessite le recours à un moyen de financement fiable qui peut se traduire par un crédit immobilier. Cette solution permet à l’investisseur de disposer de la somme indispensable pour réaliser l’achat, et cela dans des conditions selon son profil, lors de sa demande à la banque. Afin d’avoir une vue d’ensemble sur ce qu’il peut espérer en termes de prêt (montant, taux d’intérêt, mensualités…), il pourra toujours se tourner vers un simulateur de crédit qu’il trouvera facilement sur le https://www.boursedescredits.com/guide-simulation-credit-auto-833.php par exemple. Une fois le bien acquis, il pourra être mis en location.

Des dispositifs d’État à la disposition des investisseurs

Le principal atout de l’investissement dans les appartements locatifs réside dans le fait qu’il existe des dispositifs d’État mis en place pour faciliter la vie des porteurs de projets. On a notamment la loi Pinel qui consiste à appliquer une défiscalisation sur les revenus de la location. On est en présence d’une véritable réduction des impôts sur le revenu de l’investisseur. La baisse sera encadrée par des taux qui seront fixés selon la durée de la location, à savoir : 12 % pour une durée de 6 ans, 18 % pour 9 ans et enfin 21 % pour 12 ans.
Vigilance requise à certains niveaux
La vigilance est toutefois de mise lors du choix des appartements locatifs. Les risques sont en effet réels, plus particulièrement au niveau de la relation entre le bailleur et le locataire. Des incidents comme l’insolvabilité de ce dernier ou juste une mauvaise foi de sa part lors de règlement de conflits peuvent survenir. Les seules armes du bailleur restent tout d’abord la sélection minutieuse des locataires, et enfin, la rédaction du contrat de bail de manière précise.

Opter pour des parts SCPI

Les parts SCPI ou Sociétés Civiles de Placement Immobilier attirent de plus en plus d’investisseurs ces dernières années. Ce sont notamment des investissements plutôt rentables dès les premières années de placement. Cependant, dans le choix de ce type d’investissement immobilier en 2017, il faudra tenir compte de certains points importants pour ne pas risquer d’y perdre quelques plumes.

Des risques contenus

L’un des avantages palpables de l’investissement dans les parts SCPI est le fait que les risques sont moins nombreux et plus contenus. Cela concerne notamment la relation entre investisseur et locataire qui fait souvent défaut aux placements en appartement locatif. La raison en est que l’argent investi par le porteur de projet n’est en principe pas placé dans un seul bien immobilier, il peut être effectivement réparti sur plusieurs propriétés. Ce qui limitera considérablement l’impact des pertes éventuelles sur le patrimoine de l’investisseur.

Une fiscalité pas toujours avantageuse

Au niveau de la fiscalité se situe l’un des inconvénients majeurs des parts SCPI. Il est en effet, à noter qu’en plus de l’imposition sur le revenu, l’investisseur devra régler des prélèvements sociaux à raison de 15.5 % du revenu de la location). Cela est dû au fait que les revenus des placements en SCPI sont considérés comme étant des revenus fonciers et sont donc soumis au régime fiscal y afférent.

 

Article partenaire

Partager ce contenu :